Le slow tourisme : les voyageurs prennent le temps de découvrir les paysages et la culture de leur destination. Plus de course entre deux musées, ici on met les pieds sous la table chez l'habitant et on profite !
Le tourisme solidaire : toutes les dépenses du séjour profitent aux populations locales directement. Le voyage doit également avoir un but social : participer ou financer des projets solidaires par exemple.
L'éco-tourisme : le voyageur se met au vert ! Il se concentre ici sur les espaces naturels et la préservation de leur biodiversité.