La grandeur des actions humaines se mesure à l'inspiration qui les fait naître.
Louis Pasteur, scientifique franc-comtois

On sèche ?

Où l'on sèche les cours pour la bonne cause.

Fridays for Future, 2018, Berlin, photo : Jörg Farys CC BY 2.0

Vendredi 20 septembre 2019. Des milliers d'adolescents, d'un commun accord, refusent d'aller à l'école. D'autres quittent les salles de classe en nombre pour se retrouver dans la rue… Mais que se passe-t-il ?

Tous ces étudiants sont en grève scolaire pour le climat ! Ces manifestations ont été initiées par la jeune militante suédoise Greta Thunberg et son mouvement Fridays for Future ("Les vendredis pour le futur"). Ce mouvement appelle à faire l'école buissonnière tous les vendredis pour faire réagir les autorités sur les questions écologiques. Et très vite, il est relayé partout dans le monde. Aujourd'hui, les manifestants se comptent par millions !

Pourquoi un tel succès ? Car les jeunes générations sont en plein dans ce qu'on appelle "l'éveil écologique". Chez les millenials, nés entre les années 1980 et fin 1990, 94% se sentent concernés par l'état de la planète. Et même si les plus jeunes sont conscients qu'ils sont les plus impactés, ils restent optimistes et multiplient les actions pour trouver des solutions, sans s'empêcher de vivre ou de voyager.

Pas question de baisser les bras ! Ils sont déterminés à créer le monde durable de demain. Pour eux, la transition écologique se fera en agissant ensemble ou ne se fera pas.

L'étude Greenflex : cliquez ici.

"Prenez part à la solution, pas à la pollution", photo : CC0